16/07/2007

Intervention de Bernard Laduron au conseil communal du 26 juin 2007

Point N° 36  Modification budgétaire : Proposition alternative à la création d’une maison du « développement durable ».

 

Monsieur Le Bourgmestre.

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir dans votre modification budgétaire la création d’une maison du développement durable ?

On avait  déjà dans la commune un guichet de l’énergie, une maison de l’emploi et que sais-je encore, sans pour autant faire de notre commune une star en matière d’énergie ( nous sommes classés « médiocres » par Inter Environnement) , ni une star du plein emploi (nous avons un taux de chômage des plus élevés en Brabant Wallon avec nos 14 % ). A quand une maison des jardiniers potagers, des pêcheurs à la ligne et des pâtissières du gâteau de Savoie ..?

Pendant ce temps,  les statistiques  du SPF-Economie publiées récemment dans la presse montrent que le revenu par habitant de notre commune recule par rapport à la moyenne régionale. Ottignies LLN se retrouve maintenant, tenez-vous bien, parmi les 4 communes les plus pauvres du Brabant Wallon derrière Tubize, Rebecq et Ramilies. C’est pourtant à l’aune de telle statistique que l’on peut objectivement juger de l’efficacité de votre politique en matière de développement et ce n’est pas avec une maison de plus à chauffer, un bureau  et son permanent qui y trônera  et quelques visites de sympathisants à moitié convaincus  qui va vraiment changer quelque chose. Vous vous attaquez à un vrai problème OK mais

vous tentez de le résoudre par une solution purement administrative alors que la Wallonie pèche déjà par une administration  pléthorique! 

 

Nous, au contraire, nous  préconisons de s’attaquer au problème du développement durable par des actions concrètes. Par exemple pendant notre campagne   nous proposions:  « de créer une entreprise sociale de valorisation des déchets industriels . » Comme vous le savez,

certaines entreprises de la région croulent sous l’accumulation de palettes de bois non consignées. Nous proposions donc de développer un petit atelier de transformation de celles-ci en bois de chauffage, combustible vert qui se commercialise actuellement jusqu’à 4€ le kilo.

 Ce projet peut être rentable très rapidement et fournir à des chômeurs de notre ville un  emploi non qualifié et  stable. En outre il est facile d’obtenir des subsides de la région pour ce type de projet. C’est concret, c’est en plein dans les trois piliers du développement durable (développement économique, social et respectueux de l’environnement).

C’est un  mini- projet bien enraciné dans le tissu économique existant un peu à l’instar des start up technologiques lancées par les universités  et la commune  contribue  ainsi à enclencher un vrai mouvement entrepreneurial axé vers le développement durable sur son territoire.  Et pas par la création de  maisons vitrines de ceci ou de cela avec des frais récurrents  de 40.000 € par an minimum et une efficacité qui est de plus en plus contestée par nos concitoyens.

 

 

Bernard Laduron   conseiller communal.

22:39 Écrit par Bernard laduron Conseiller Communal MRIC dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |